Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INTERVIEW - La féminisation des noms de métiers et l'écriture inclusive ont révélé des tensions au sein de la langue française. La linguiste Eliane Viennot explique que le masculin ne l'a pas toujours emporté sur le féminin. Elle cite Racine, Montaigne et Mme de Sévigné.

L'écriture inclusive que beaucoup, comme l'Académie française, décrivent comme un «péril mortel pour la langue», a ses défenseurs. La professeure de littérature de la Renaissance et historienne, Eliane Viennot, en fait partie. Selon elle, la langue française traduit une inégalité existante alors même «qu'elle est équipée pour dire l'égalité». Elle explique au Figaro pourquoi il est nécessaire de remettre en question la règle du masculin qui l'emporte sur le féminin et précise que l'État est tout à fait légitime pour trancher les querelles linguistiques.

LE FIGARO. - Selon vous, la langue est un reflet de l'inégalité entre les sexes. Pourquoi?

 

Eliane VIENNOT. - Depuis le XVIIe siècle, les grammairiens ont masculinisé délibérément la langue. Ils ont condamné des noms féminins et inventé des règles comme «le masculin l'emporte sur le féminin». Or, avant, on ne connaissait pas ce dogme. On accordait les noms avec les adjectifs en fonction de leur place dans la phrase ou en fonction de l'importance des termes. On écrivait par exemple: «On peut aller voir les coteaux et les montagnes voisines» et non pas comme maintenant «les coteaux et les montagnes voisins».

Il faudrait que l'on retrouve la liberté d'accord, comme le faisaient Montaigne ou Mme de Sévigné. Racine écrivait par exemple dans Athalie : «Armez-vous d'un courage et d'une foinouvelle», «Surtout j'ai cru devoir aux larmes, aux prières, consacrer ces trois jours et ces trois nuits entières.» LIRE LA SUITE ICIhttp://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2018/11/19/37002-20181119ARTFIG00027-eliane-viennot-la-langue-francaise-n-est-pas-misogyne.php

Tag(s) : #Francophonie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :