Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le vade-mecum intitulé “Scolariser un élève à haut potentiel que vient de publier le site Eduscol du ministère de l’Education nationale fera date. Même si, depuis le rapport Delaubier de 2002, d’autres textes ont déjà abordé le sujet, c’est la première fois que celui-ci est présenté de façon aussi complète, avec de réels conseils et des obligations professionnelles clairement rappelées aux enseignants.



Ce document d’une trentaine de pages a été établi par un groupe de travail qui a entendu de nombreux spécialistes, psychologues, universitaires, enseignants ou représentants d’associations. La préface en est signée par Jean-Marc Huart, directeur général de l’enseignement scolaire au ministère, ce qui lui confère une indéniable autorité et démontre une réelle volonté de se saisir du problème.

L’Ecole doit accueillir tous les élèves, sans aucune distinction. Pour que cette école devienne pleinement inclusive, nous avons à cœur de la faire évoluer, afin que tous les élèves à haut potentiel puissent s’y développer et s’y épanouir

Préface de Jean-Marc Huart

Dès l’avant-propos, le ton est donné avec le rappel des articles L.321-4 et L332-4 du code de l’éducation qui disposent que “Des aménagements appropriés sont prévus au profit des élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières, afin de leur permettre de développer pleinement leurs potentialités.” L’avant-propos nous annonce aussi le choix de l’appellation “Elève à haut potentiel” (EHP) pour remplacer celle d’ “Élève intellectuellement précoce” (EIP) qui prévalait jusqu’alors.

La connaissance des besoins de l’élève à haut potentiel doit permettre à l’enseignant d’élaborer un projet pédagogique adapté. En prenant appui sur les compétences de l’élève, l’enseignant le valorise, contribue à son développement dans les apprentissages et à son inclusion dans le groupe classe, l’école ou l’établissement. Comme pour tous les élèves, l’acceptation de la singularité de l’EHP doit contribuer à l’acceptation de la diversité des êtres humains dans une société toujours plus inclusive en favorisant les interactions afin de vivre ensemble et d’enrichir le développement des aptitudes de chacun.

L’élève à haut potentiel

La première partie du document est consacrée à une présentation rapide de l’élève à haut potentiel, avec le rappel de quelques traits caractéristiques, l’évocation de certaines difficultés particulières, l’importance de l’effectif concerné (en moyenne un élève par classe). Deux phrases ont particulièrement retenu mon attention :

Les élèves à haut potentiel font partie des élèves à besoins éducatifs particuliers, sans être pour autant en situation de handicap.

La très large majorité des EHP a vocation à être scolarisée dans son école ou son établissement de secteur en bénéficiant, en cas de besoin, d’un parcours personnalisé dès l’école maternelle.

Dans une seconde partie, le vade-mecum fournit à l’enseignant des clefs pour lui permettre d’identifier les élèves concernés dans sa classe. En annexe, le document offre des grilles d’aide au repérage, adaptées au niveau scolaire des élèves, de l’école maternelle au lycée. Un paragraphe est consacré aux enfants à haut potentiel dits “doublement exceptionnels“, qui tout en étant surdoués souffrent d’un trouble spécifique des apprentissages et devront faire l’objet d’une attention toute particulière.

Les parcours de scolarisation de l’élève à haut potentiel

La deuxième grande partie du document est consacrée aux aménagements qui peuvent être mis en place dans le cadre du cursus scolaire. Mais elle liste également un certains nombre de références (circulaires, articles de loi…) quant au cadre officiel dans lequel ils s’inscrivent. Cette partie semble plus spécifiquement destinée à rappeler leurs obligations aux enseignants. Elle sera donc très utile aux parents face aux réticences qu’ils rencontrent parfois dans certains établissements, notamment lorsqu’il est question des compétences éducatives et pédagogiques énoncées dans le référentiel du métier de professeur :

 La compétence 3 : Connaître les élèves et les processus d’apprentissage en prenant en compte les apports de la recherche ainsi que les dimensions cognitive, affective et relationnelle de l’enseignement et de l’action éducative.

 La compétence 4 : Prendre en compte la diversité des élèves, adapter son enseignement et son action éducative à la diversité des élèves. Déceler les signes du décrochage scolaire afin de prévenir les situations difficiles.

 La compétence P.3 : Inclure la différenciation de l’enseignement en fonction des rythmes d’apprentissage et des besoins de chacun.

Les possibilités d’aménagement proposées sont nombreuses et déjà bien connues, même si elles ne sont pas toujours spontanément mises en oeuvre dans les établissements : Différenciation pédagogique, tutorat par les adultes, enrichissement du parcours, décloisonnement, accélération du cursus (saut de classe, compactage, classes à double niveaux), mise en place d’un espace dédié sont autant de réponses qui peuvent être apportées aux différentes situations rencontrées.

Deux outils de formalisation sont également présentés brièvement : Le Programme Personnalisé de Réussite Éducative (PPRE) et le Plan d’Accompagnement Personnalisé (PAP).

Les acteurs de la scolarisation et de l’accompagnement de l’élève à haut potentiel

La troisième et dernière partie du vade-mecum liste les différents acteurs qui peuvent intervenir dans le cadre de l’identification et de l’accompagnement d’un EHP.

  • Les acteurs pour repérer : la famille, le psychologue.
  • Les acteurs pour accompagner l’enfant dans son parcours scolaire : référent académique, chef d’établissement, RASED, médecin et infirmière de l’EN, intervenants extérieurs, associations.

Une conclusion qui ravira les parents d’enfants précoces

Après un rappel du texte de l’article L.111-1 du code de l’éducation, consacré à l’inclusion scolaire de tous les enfants, le vade-mecum se termine par ces mots, encourageants pour la suite et qui raviront de nombreux parents :

Il revient à l’école de s’adapter aux élèves afin qu’ils puissent exploiter toutes leurs potentialités.

Les élèves à haut potentiel sont souvent des élèves à besoins éducatifs particuliers dont la réussite de leur parcours scolaire peut dépendre de leur repérage et de la mise en œuvre d’aménagements adaptés.

C’est pourquoi la responsabilité de chaque membre de la communauté éducative est engagée et le travail d’équipe est indispensable (équipe éducative, infirmière, médecin scolaire, famille, psychologue de l’éducation nationale, professionnels de santé, les Services d’assistance pédagogique à domicile, etc.).

La mise en caractère gras est de notre fait (NDLR)

Un document encourageant et porteur d’espoir

Ne boudons pas notre plaisir, ce vade-mecum consacré à la scolarisation des élèves à haut potentiel représente une avancée majeure et pose les jalons d’une prise en charge plus courante et moins aléatoire des enfants intellectuellement précoces à l’école.

Pour les enseignants qui y seront confrontés, il va devenir difficile de faire comme si le haut potentiel n’existait pas. Bien sûr, tout ne va pas changer du jour au lendemain, mais, associé aux évolutions pédagogiques qui se font jour, aux progrès des neurosciences, au renouvellement des générations d’enseignants, ce document porte en lui le potentiel d’une amélioration significative pour beaucoup d’enfants surdoués.

S’il n’est pas contraignant dans les faits, il offre néanmoins l’avantage très clair de rappeler leurs obligations aux enseignants. Pour les parents, il dresse un cadre rassurant en listant un certain nombre d’intervenants qui, en cas de besoin, pourront être actionnés face à un professeur récalcitrant.

Personnellement, je trouve que ce vademecum livre une vision assez équilibrée du haut potentiel intellectuel et évite l’écueil de la pathologisation, même si certains termes feront bondir les puristes (l’inclusion notamment).

Il reste à voir comment cette publications sera accueillie dans les faits et, surtout, comment elle fera évoluer les pratiques. En ce qui nous concerne, nous allons y puiser de l’inspiration pour la rédaction de notre plaquette d’information sur l’enfant surdoué à destination des écoles. Nous allons faire évoluer le plan prévu pour que celle-ci ne soit pas redondante avec ce document mais offre aux enseignants un éclairage pratique complémentaire sur l’élève à haut potentiel afin de leur permettre de répondre à la question “Comment puis-je faire concrètement pour mettre en oeuvre les adaptations exigées par la situation de tel enfant.

SOURCE DE L'ARTICLE : ENFANTSPRECOCES.INFO

Tag(s) : #CRPE CSE, #CRPE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :