Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Milan. 1482. Léonard de Vinci adressa une lettre au Duc de Milan, Ludovic Sforza, où il mettait en avant ses talents d'ingénieur militaire. Les Cités-Etats italiennes (Florence, Milan, Pise, Venise et d'autres) se livraient alors une bataille sans merci et chacune voulait être la plus puissante et la plus riche. Ludovic Sforza qui voulait faire de Milan le centre d'une nouvelle culture humaniste capable de rivaliser avec Florence était intéressé par les nombreux talents de Léonard de Vinci. La légende de Vinci commença alors.

On était à la Renaissance et les penseurs plaçaient l'homme au centre du monde. Léonard devint artiste et ingénieur officiel de Ludovic Sforza. Celui-ci lui proposa de participer à la décoration de l'église Sainte-Marie des Grâces. Il y peignit alors la célèbre Cène où il représente le dernier repas du Christ. Il utilisa la perspective pour mettre en évidence l'aspect dramatique de cette scène. On y voit Jésus au centre et chaque visage exprime un sentiment différent.

Afin de dessiner de la manière la plus parfaite possible, le peintre étudie le corps humain et voulait écrire un traité d'anatomie, ce qui lui permit de faire de nombreuses découvertes.

En 1499, l'armée du Roi de France envahit Milan. Le duc prit la fuite. Léonard dut retourner chez lui à Florence pour rechercher des mécènes.

En 1503, un riche marchand, Francesco Del Giocondo commanda à Léonard un portrait de son épouse, Mona Lisa Gherardini pour leur nouvelle demeure. L'artiste fit plusieurs recherches et réalisa de nombreux croquis pour réaliser ce tableau. Il inventa la technique de « sfumato » (les contours sont légèrement flous pour donner un effet vaporeux et pour cela il superposa plusieurs couches très fines vernis).

Léonard de Vinci n'a jamais été payé pour cette sublime composition qui deviendra le tableau le plus connu de l'histoire des arts plastiques. Il conserva ce tableau toute sa vie. Ce n'est qu'à sa mort, en 1519, que le roi François Ier l'acheta et il est aujourd'hui conservé au musée du Louvre.

Karim Kherbouche

 

Bibliographie : Marion Augustin et Bruno Heitz, l'Histoire de l'art en BD, Casterman

Tag(s) : #Arts plastiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :