Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Karim Kherbouche

Le roman de Karim Kherbouche, Akken i sent-yehwa i tullas, est désormais disponible aux éditions Tira. Une belle love story, très dynamique et envoûtante, d’un jeune journaliste et d’une militante de la cause féminine. C’est à la fois un roman psychologique et politique, mettant en évidence le caractère profondément humain de ces deux personnages et le monde de liberté dont ils rêvent. L’auteur a bien voulu répondre à nos questions.

La Cité : Votre roman vient de sortir chez les éditions Tira, pourriez-vous le présenter ?

Karim Kherbouche : Je souligne, d’abord, que ce n’est pas une autobiographie bien qu’écrit à la première personne du singulier. Il se veut un roman d’analyse ou psychologique puisqu’il s’attache à mettre en évidence et analyse les caractères et les états d’esprit des personnages. Son héros, Menad, n'est pas un type déterminé et figé, mais un être en devenir portant l'empreinte de ses expériences et ses pensées. L’intrigue de l’histoire est fondée sur cette évolution et sur l’oscillation entre liberté et libertinage qui a caractérisé la vie de ce jeune journaliste militant.

Bien évidemment, cet état de fait impacte la trame du roman et l’amour ne se présente plus comme un alibi ou une ruse littéraire utilisée dans un but socio-éducatif (comme l’implication des lecteurs dans un processus réflexif quelconque) ou esthétique mais comme un événement majeur qui va être l’instigateur d’un changement au niveau comportemental et cognitif chez les deux amoureux dans leur interaction et dans leur espace de l’entre-deux. Le « je » vise ici à faire du lecteur un co-auteur, et ce en le mettant dans un univers ouvert lui laissant des espaces de liberté pour la construction de sa propre pensée.

-Votre roman est-il actuellement disponible chez tous les libraires ?

-Il est édité, il y a quelques jours, et est déjà disponible chez bon nombre de libraires en Kabylie. Les autres libraires du pays seront pourvus dans les jours à venir. Je tiens à ce titre à exprimer mon soutien et ma gratitude pour Tira qui fait un travail inédit et formidable dans le domaine de l’édition en et sur tamazight. C’est pour moi un exemple à méditer pour faire avancer tamazight et, du coup, éviter un militantisme anachronique et résiduel qui démobilise et désenchante les masses.

-Vous êtes l’auteur de « Communiquer en français », sorti chez l’Odyssée en 2010, pourquoi le choix d’écrire en tamazight ce roman ?

-Pour être honnête, les notes qui ont servi à construire ce roman, je les ai écrites en français. C’est quand je me suis mis à le rédiger « au propre » que je me suis retrouvé en train de l’écrire en tamazight ! (rire) C’est venu spontanément, j’avais envie de m’exprimer en tamazight parce qu’il y a des choses que je ne peux exprimer fidèlement que dans ma langue maternelle. Ce n’est qu’en écrivant en kabyle que l’on peut appréhender, dans toute sa splendeur, la souffrance qu’exprime implicitement ces paroles de Jean Amrouche: « Je pense et j’écris en français, mais je pleure en kabyle ».

En écrivant dans ma langue maternelle, je n’ai besoin d’aucun intermédiaire pour exprimer mes pensées ou mes sentiments profonds. Je ne m’encombre d’aucune contrainte formelle inutile. Et ma seule communauté de référence demeure le lecteur amazighophone, aux aspirations duquel je tente de répondre.

-Vous êtes-vous contenté du vocabulaire kabyle courant ou avez-vous recouru aux néologismes pour écrire ce roman ?

-C’est une question pertinente ! L’histoire de ce roman se déroule à Alger et la ville est l’espace où, dans toutes les langues, prolifèrent les néologismes. Cependant, les années d’expérience dans l’enseignement de tamazight m’ont appris à faire preuve de modération et d’une certaine prudence dans l’utilisation des néologismes. Je présume que mon roman est accessible à tout kabylophone sachant déchiffrer les lettres latines utilisées pour transcrire tamazight.

Par ailleurs, « la langue appartient à celui qui la viole, pas à celui qui la caresse », comme le dit si bien Kateb Yacine. Nous parlons tous, en tant que kabyles, une seule et même langue mais chacun dispose de son idiolecte et d’une vision du monde plus ou moins différente avec celle de ses compatriotes. Dans chaque roman, on retrouve donc une touche propre à son auteur. Un autre avantage : en tamazight, on écrit sans se poser s’interroger si ça se dit comme cela ou pas quand on veut utiliser un mot ou une phrase ; on est l’académie de soi-même. On ressent une grande liberté en se disant que c’est ma langue et j’en fais ce que je veux !

-Qu’avez-vous à dire pour conclure ?

-Le premier roman d’expression amazighe que j’ai lu est Id d Wass d’Amar Mezdad. Je me suis alors demandé si ce chef-d’œuvre de littérature amazighe était écrit dans une langue autre que la langue dans laquelle il est ressenti et pensé. J’imagine tout le travestissement qu’il aurait subi. J’étais, à cette époque, étudiant à l’université de Béjaia et cela a totalement bouleversé ma pensé.

Propos recueillis par Hacène Zidi. LA CITÉ DU 06/03/16

cliquer sur lien pour accéder à l'article sur le site de La Cité

Livres de Karim Kherbouche: 

-2010 : « La trahison d’une proie », nouvelles. Editions Publibook, Paris (France).

-2010 : « Communiquer en Français », guide de la communication en français. 174
pages. Editions Odyssée, Tizi Ouzou (Algérie).

-2013 : « Azmam n tira n tmazight » (cahier d’écriture du berbère), petit manuel de
l’apprentissage de l’écriture pour enfants. 40 pages. Editions Tira, Béjaia (Algérie).

-2015 : « Akken i sent-yehwa i tullas » (Au bon vouloir des femmes), roman en langue
berbère. 130 pages. Editions Tira, Béjaia (Algérie).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

nadia 12/01/2020 11:33

Bonjour je me prénomme nadia mère de 3 enfants. Je vivais à briouze avec mon mari, quand en 2018 il décida d'aller en voyage d'affaire à Bresil , où il tomba sur le charme d'une jeune vénézuélienne et ne semblait même plus rentrer. Ces appels devenaient rares et il décrochait quelquefois seulement et après du tout plus quand je l'appelais. En février 2019, il décrocha une fois et m'interdit même de le déranger. Toutes les tentatives pour l'amener à la raison sont soldée par l'insuccès. Nos deux parents les proches amis ont essayés en vain. Par un calme après midi du 17 février 2019, alors que je parcourais les annonce d'un site d'ésotérisme, je tombais sur l'annonce d'un grand marabout du nom ZOKLI que j'essayai toute désespérée et avec peu de foi car j'avais eu a contacter 3 marabouts ici en France sans résultât. Le grand maître ZOKLI promettait un retour au ménage en au plus 7 jours . Au premier il me demande d’espérer un appel avant 72 heures de mon homme, ce qui se réalisait 48 heures après. Je l'informais du résultat et il poursuivait ses rituels.Grande fut ma surprise quand mon mari m’appela de nouveau 4 jours après pour m'annoncer son retour dans 03 jours. Je ne croyais vraiment pas, mais étonnée j'étais de le voire à l'aéroport à l'heure et au jour dits. Depuis son arrivée tout était revenu dans l'ordre. c'est après l'arrivé de mon homme que je décidai de le récompenser pour le service rendu car a vrai dire j'ai pas du tout confiance en ces retour mais cet homme m'a montré le contraire.il intervient dans les domaines suivants Retour de l'être aimé Retour d'affection en 7jours réussir vos affaires , agrandir votre entreprises et trouver de bon marché et partenaires Devenir star Gagner aux jeux de hasard Avoir la promotion au travail Envoûtements Affaire,guerrier tous sorte de cancer ; crise conjugale Dés-envoûtement Protection contre les esprits maléfices Protection contre les mauvais sorts Chance au boulot évolution de poste au boulot Chance en amour La puissance sexuelle. agrandir son pénis Abandon de la cigarette et de l'alcool voici son adresse mail : maitrezokli@hotmail.com vous pouvez l'appeler directement ou l 'Ecrire sur whatsapp au 00229 61 79 46 97

vanessa 26/10/2019 05:22

Salut, moi j'ai une amie antillaise qui a perdu la vue progressivement du jour au lendemain tous les médecins qu'elle à pu voir étaient catégorique plus rien à faire et il n’y comprenait vraiment rien; Elle à rencontré un marabout qui lui à fait boire des tisanes et tout autres genre de choses, prières incantations etc... Il lui a dit qu'on lui avait jeté un sort et bien je vous jure qu'au jour d'aujourd'hui elle à entière recouvré la vue.
Dans la création il n'y a pas que des humains. Il y a aussi les végétaux, les minéraux et animaux. Ainsi que tout représente une énergie. Les chiens sont particulièrement réceptifs. Il y en a de puissamment médiums. J'en ai un avec lequel il se passe des choses surprenantes. Lorsque je souffre il vient se mettre au point exact de ma douleur et pompe tout le mal. Il faut voir ça ! Alors si vous voulez vous pouvez aussi contacter ce Voyant Féticheur.
NB: Mais méfiez vous des faux ... parce que J'ai été fais avoir, une personne soit disant ... je leur ai demandé de l'aide, et les gens profitent des gens qui sont en détresse pour avoir de l'argent.
Dieu merci, je suis tombé sur ce sérieux Marabout voyant moustapha qui m'a beaucoup aidé.
Voici son mail, contacter le, au cas vous avez des problème surtout problème de foyer, Amour affectifs, Retour définitif de l'être aimé, fidélité, problème de divorce, empêche la séparation, problèmes familiaux, même les cas les plus désespéré, crise conjugale, désenvoutement, protection contre les dangers, impuissance sexuelle, attraction de la clientèle, travail, examen, permis de conduire, union rapide.

Mail : marabout.moustapha@consultant.com

: marabout.moustapha@consultant.com
Tel: +229 95 44 02 84