Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Karim Kherbouche

Cliquer sur l'image pour télécharger le document

Prévenir et lutter contre la violence à l’École est une des conditions de réussite des élèves, qui ont besoin de travailler dans un climat serein. Cette exigence a fait apparaître la nécessité d’une coopération étroite entre les ministères chargés de l’éducation, de l’intérieur et de la justice, pour la prévention de la violence en milieu scolaire. Dès 1996, une circulaire interministérielle posait les bases de ce partenariat. Le Protocole d’accord des ministères de l’éducation nationale et de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales, signé le 4 octobre 2004 à Dreux, a depuis renforcé ce partenariat, notamment en lançant la démarche de diagnostics de sécurité partagés et en définissant la fonction de policier/ gendarme « correspondant-sécurité de l’école ». Le développement de nouvelles formes de violence, et les menaces ressenties par les communautés éducatives, ont entraîné la présentation d’un plan de sécurisation des établissements scolaires en septembre 2009, par le ministre de l’éducation nationale et le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales : les dispositions précédentes sont généralisées et renforcées par un plan de formation des personnels d’encadrement à l’exercice de l’autorité en situation de crise et par la création des équipes mobiles de sécurité (EMS). Dorénavant, dans chaque académie, l’EMS, équipe pluridisciplinaire, soutient, protège et sécurise les établissements qui en font la demande. Depuis lors, les États généraux de la sécurité à l’École (7-8 avril 2010) puis les Assises nationales sur le harcèlement à l’École (2-3 mai 2011) ont témoigné de la volonté de l’éducation nationale de renforcer le sentiment de sécurité de tous les membres de la communauté scolaire, d’une part en quantifiant et caractérisant les violences et atteintes vécues en milieu scolaire (enquête de victimation) pour mieux les analyser et mieux les prévenir, et d’autre part en mettant en place une politique nationale de lutte contre les micro-violences et le harcèlement. Des structures d’accueil pour élèves fortement perturbateurs ont également été créées (établissements de réinsertion scolaire : ERS), et les procédures disciplinaires réformées. Ce développement de l’exigence de sérénité a confirmé la place des EMS dans les politiques académiques de prévention et de lutte contre la violence. Ce vade-mecum fait le bilan du déploiement des EMS et décrit quelques unes des pratiques qui ont fait leurs preuves sur le terrain. Télécharger ici le document. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article