Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Karim Kherbouche

meriane-cou_UNPEF.jpgLes syndicats revendiquent l’amélioration des conditions de travail des enseignants, l’intégration des maîtres d’école dans le corps
des PEP et des indemnités pour les professeurs en charge de classes de plus de 35 élèves.

La journée de demain sera incontestablement décisive pour les travailleurs du secteur de l’éducation. La commission ad hoc, regroupant la tutelle, les sept syndicats du secteur et des représentants de la Fonction publique et des finances, planchera, durant deux jours, sur l’avant-projet de loi amendant et complétant le décret exécutif portant statut particulier des travailleurs de l’éducation nationale où les propositions des syndicats, dans leur ensemble, devraient être incluses.

Les syndicats ont menacé de perturber les cours au cas où le gouvernement adopterait un statut particulier qui ne réponde pas à leurs attentes et qui ne prenne pas en charge toutes les propositions qu’ils ont formulées à cet effet.

Faut-il rappeler que des réunions-marathons ont eu lieu entre les responsables du département de Benbouzid et les syndicats agréés ; la dernière en date remonte au jeudi 8 mars 2012. Cette rencontre, qui devait débattre de la mouture finale du statut particulier amendé officiellement pour une seconde fois, s’est soldée par l’élaboration d’un nouveau planning. Les deux parties ont, encore une fois, examiné les  propositions des uns et des autres ; elles ont levé la séance en se donnant rendez-vous pour aujourd’hui. «Les services du département de Benbouzid ont promis d’inclure toutes les propositions des partenaires sociaux. Le ministère nous remettra, aujourd’hui, une copie finale de l’avant-projet qu’il compte défendre demain auprès des représentants de la Fonction publique et du ministère des Finances», note M. Meriane, porte-parole du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest). Les concernés ont pris l’engagement de remettre le projet au gouvernement avant la fin de cette semaine.

«Nous espérons que nos propositions, notamment celles liées à la classification catégorielle et aux différents grades et la gestion de carrière soient cautionnées par les autres institutions», déclare M. Meriane. Ce dernier explique que chaque syndicat est venu avec des suggestions allant dans le sens de la promotion de la carrière de l’enseignant. Certains revendiquent l’amélioration des conditions de travail des enseignants, l’intégration des maîtres d’école dans le corps des PEP, l’intégration des PEF dans le corps des PEM, l’indemnisation des professeurs qui prennent en charge des classes de plus de 35 élèves… «En ce qui nous concerne, nous nous sommes opposés au recrutement de personnes possédant un magistère dans le cycle moyen. Ce n’est pas normal, c’est même une aberration. Les petits écoliers ont besoin de personnes qui ont pratiqué la sociologie, la psychologie et surtout qui maîtrisent la pédagogie», souligne M. Meriane.

Notons que les organisations syndicales conviées à la réunion de jeudi devaient découvrir le contenu de la troisième mouture de cet avant-projet de loi enrichi par les propositions des syndicats envoyées au département de Benbouzid trois jours auparavant. Quelle sera l’issue de ce dossier qui peine à voir le jour ?

Nabila Amir, El Watan du 11 mars 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

chanez 03/06/2012 16:14


je dit au responsable du MERS que vous allez payer chere cette marginalisation rendez vous au prochain sit in

Mohamed Larbi 03/06/2012 15:57


Tot ou tard ... la vérité sera rétabli ... j'ai un DEUA en informatique ... option SI en 1994 ... Cet état de merde nous a menti ... il ont crée un diplome pour nous casser ... car maintenant
qu'est qui les empeche de faire l'équivalence ... entre LMD ET DEUA ....JE vais vous le dire :


IL ONT PEUR DE LA CONCURENCE .... CAR LA PLUPART DES RATS DANS LES ADMINISTRATIONS ... C DES LITTERAIRES ... LES DERNIERS DE LA CLASSE .... LES BAC SANS MENTION ... AVEC RACHAT ... C EUX QUI GERE
LE PAYS MAINTENANT

Samiha 26/04/2012 09:50


C'est vrai il n'y a qu'en Algérie que l'on paye selon les diplômes, toutes l'injustice est là. Même le critère du diplôme n'est pas respecté. Sinon comment expliquer qu'un bac+3 est classé à la
11 et un bac + 4 à la 14 ! ????????????????

Fazia de Mostaganem 25/04/2012 18:55


L'injustice est intitutionalisé. Nous les DEUA, c'est comme si nous n'avions aucun diplôme dans ce putain de pays ! Nous n'avons même pas le droit de postuler au poste d'Inspecteur même si on est
compétent, nos salaires sont des salaires de la honte et de l'humiliation!


Franchement avec le nouveau statut de l'enseignant, je suis dégoûtée, découragée, ma volonté est cassée, je n'ai plus envie d'aller en classe!


Il n'y a qu'en Algérie qu'on paye les diplômes, alors qu'on doit être payé sur le travail que l'on fait. 


Je suis moi même titulaire d'un DEUA, je suis MEF. Imaginez, j'enseigne le français, j'ai à ma charge quatre classes, je touche beaucoup moins que mon collègue d'une autre école située à quelques
encablures de mon école. Il PPEP, il n'a à sa charge que deux classes et il touche plus d'un million que moi!


Quelle misère, l'école de Ben Bouzid et son administration, c'est la merde hachakoum!  L'UNPEF ne défend pas assez les ensiegnants, je vois en lui le syndicat des directeurs et non celui des
enseignants.


J'en ai ras le bol !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!