Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Karim Kherbouche

Premier roman de l'écrivain algérien, Mouloud Feraoun, "Le fils du pauvre" retrace la vie de Fouroulou Menrad, personnage principal du récit.

le-fils-du-pauvreDe dimension autobiographique, ce livre peint l'enfance et l'adolescence de l'auteur dans un village de cette Kabylie montagneuse où il fut tour à tour berger, élève studieux, puis instituteur. Ce n'est pas une histoire quelconque quoi qu'elle retrace une vie très simple de par les gens qui en sont les acteurs.
De parents pauvres, Fouroulou Menrad était tout destiné à être berger mais mu par une forte ambition et des rêves omniprésents, cet homme-enfant luttait sans cesse pour échapper à son destin.

Il était seul à croire en un avenir différent de celui des siens, pourtant très attaché à eux. Il vivait le dur labeur de son père qui subvenait difficilement aux besoins de la famille, la patience à toute épreuve et la générosité de sa mère. Rien ne lui échappait; ni la tendresse d'une de ses tantes, ni la jalousie de l'autre, encore moins l'attachement de ses cousines et le dévouement de ses sœurs.

Cette vie belle et dure à la fois telle que nous la raconte Mouloud Feraoun est imprégnée d'émotions, dans une société où l'on respecte les grands, écoute leurs conseils, où l'on protège inéluctablement les petits et les faibles. L'on est pauvre et l'on vit heureux en se battant pour arracher la joie d'une naissance, d'un retour ou même d'un sourire. Les vieux sont là pour y veiller. On apprend avec Fouroulou et les siens à vivre unis et solidaires, à tout partager.

Il ne tenait même pas rigueur à ses parents de ne pas s'emballer face à ses progrès scolaires. Cette bourse qui tardait à venir, n'était-ce pas une force de son destin lié à ceux de tous les villageois? Mais son but à lui était de réussir et de prouver aux autres qu'il pouvait ne pas rester berger.

Mouloud Feraoun écrit comme il parle, décrivant sa Kabylie natale comme un autre l'aurait fait pour sa propre maison. Tout y est : les mœurs et coutumes, les personnages, les costumes et surtout les paysages magnifiques qu'il réussit à rendre anodins avec cette note particulière qui congédie les touristes avec des excuses voulant dire ceci: "Là c'est chez moi, rentrez chez vous..." 
Ce livre fut publié en 1950 dans une Algérie colonisée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Yasmine 12/01/2018 13:17

j'avoue que ce roman est juste MAGNIIIFIQUE !

fuck 16/10/2018 20:13

uhgjhugyftfgh

pola 07/02/2017 19:05

c'est une vraiment une trés belle histoir de l'un des meilleurs écrivain de langue française

Hafsa 19/03/2017 10:48

Non Compte de Monte cristo est une tres Belle histoire plus que Celle ci

Wasore Desire Sorenzo 08/01/2017 17:36

J'ai Bien Lu Et Je Trouve Que C'est Une Bonne Histoire.

Wasore Desire Sorenzo Sorez 06/01/2017 14:46

c'est bon cette histoire ca m'apprend beaucoup!

Idriss 28/12/2016 01:02

Quelle relation peut-on repérer entre la biographie de Mouloud Faraoun et l'hisoire du roman ????

La 05/10/2017 20:49

Les initiales de l'écrivain et de celui du narrateur